Les lieux d’accueil

            Il est évident que l’établissement thermal est, dès sa construction en 1874, le seul lieu d’accueil des premiers baigneurs. Pendant des années les dépliants du Syndicats d’Initiative de Chambéry, puis ceux de Challes, y sont distribués au kioque par l’employé de la librairie Dardel à Chambéry. Il est rétribué par le Syndicat d’Initiative de Chambéry qui, en outre, cite Challes dans ses documents. A partir de la fusion avec Chambéry, c’est la Maison du Tourisme, à l’emplacement actuel du Prisunic, qui abrite le Syndicat d’Initiative. Un office des baigneurs fonctionne à l’établissement thermal. Son rôle est de renseigner la clientèle des thermes et de faire de la publicité. Cet organisme reste en place de longues années, parfois en complément, parfois en concurrence avec le Syndicat d’Initiative.

            La direction du casino propose, en 1923, la baraque située à l’entrée de son parc pour servir de bureau de renseignements. « La baraque sera réfectionnée aux frais du Syndicat d’Initiative, et une employée sera chargée d’y fournir les renseignements aux baigneurs et estivants. Celle-ci sera rétribuée par la vente à son profit de souvenirs, carte postales, ect, et d’une petite indemnité » est-il précisé sur la délibération. Ni le nom de cette personne, ni la durée de l’occupation de la baraque, ne sont indiqués par la suite.

            Le bureau de renseignements est signalé en 1924 au magasins de journaux souvenirs, exploité par Mademoiselle Jeanne Dumollard. Pendant quatre ans, elle perçoit le même salaire de 1500 francs, pour la saison probablement. A partir de 1930, un local situé sur la route nationale est recherché par les membres du conseil d’administration. Le choix se porte sur une partie du rez de chaussée de l’immeuble Berland. Mademoiselle Poble en est la secrétaire et le loyer est offert par le Syndicat des hôteliers qui signe un bail le 29 février 1932, mais avec Monsieur Perrotin, pour une installation dans l’immeuble en face. Mademoiselle Poble en est sûrement l’employée, aucune précision n’étant consignée sur le registre qui se termine en 1935. Il est possible que les activités tournent au ralenti, et même cessent pendant la période de la deuxième guerre. On sait seulement que Mademoiselle Dufour y est secrétaire vers 1944/45.

            Madame Raymonde Grosjean assure le secrétariat de 1950 à 1960. Entre temps, le siège du syndicat se déplace (1955) dans un local aménagé à la gare routière nouvellement construite.

            Madame Marthe Picard y succède à Mme Grosjean et inaugure le siège définitif, celui que l’on nomme aujourd’hui l’OTT. En mars 1981 Madame Picard fait valoir ses droits à la retraite. Elle est remplacée par Mademoiselle Falcoz qui démissionne quelques temps plus tard. Par la suite, Madame Monique Vivet devient secrétaire, organise des expositions, est à l’écoute des curistes, des touristes et de plusieurs associations qui choisissnet l’OTT pour siège.

            A partir de 1997, Michel Arnaud, Adjoint au Tourisme et Thermalisme, partage la présidence avec Daniel Grosjean.

            A signaler la création, au printemps 1998, d’un emploi jeune dont bénéficie Stéphanie Noraz. Après 18 mois de remarquables initiatives, notamment dans le domaine de la documentation, elle vient de quitter l’Office du Tourisme.

 

 

            Ainsi, le Syndicat d’Inititaive de Challes les Eaux, avec l’aide de celui de Chambéry et malgré les tiraillements entre partenaires, a joué son rôle dans la marche de la station.

Nous lui souhaitons bon vent pour l’avenir.